caracas4

         Je ne vous ai pas encore parlé de ma vie ici, à Caracas, vie certes privilégiée pour les expatriés que nous sommes mais tellement compliquée au quotidien... Les pénuries organisées sévissent en tous points, le manque de sécurité permanent fait partie de la vie de chacun sans exception, petits et grands, nous vivons enfermés dans nos prisons dorées ( ma fille ne sait pas ce qu'est le plaisir de rouler en vélo dans la rue ou de promener son chien ! ), la pollution due à la circulation terrible de la ville, le vol, les attaques  et la corruption sont des banalités dont on sourit,...
      Chaque week end, il y a plus de 50 décès par mort violente ...C'est normal, on ne s'étonne plus...
      Après cinq ans, je ne m'habitue toujours pas à cela... On m'a volé, menti, on s'est moqué de moi mais je n'ai pas encore trop de griefs...car je sais que je suis dans un pays de fous mais un beau pays que j'adore.
      Mais ce matin, mes ami(e)s , une douzaine, se sont fait braqués avec une arme à feu pointée sur eux, non pas en rue, ça c'est normal, mais dans l'Avilla, belle montagne qui entoure Caracas et qui est le début de la Cordillière des Andes. Ce groupe faisait une promenade organisée par notre association francophone d'Accueil comme tous les quinze jours depuis des années...Et une personne les a surpris avec une arme, un gros pistolet, frappant au crâne un des deux seuls hommes du groupe, notre copain Bernard, un Suisse, et après menaces sérieuses ( tous assis les mains sur les pieds ! )  a dévalisé tout le monde: GSM, argent, cartes de crédit, clés de voiture, bijoux ( le peu de bijoux portés ici, càd alliance, chaînette et montre ),...
       Tellement choquant car la peur s'est mêlée à la frustration du dépouillement... certaines étaient arrivées à Caracas depuis un mois.
       Je suis triste, très triste pour eux, pour nous ... car cette violence est notre quotidien.